Faudra-t-il donc monter toujours plus haut pour suivre le Christ qui s’élève au-dessus des nuages en sa fête de l’ascension ? Déjà que notre monde nous pousse à devoir sans cesse nous dépasser pour gravir des sommets inaccessibles : « performances, performances !! » Beaucoup sont éreintés de devoir se surpasser, d’atteindre des objectifs toujours plus hauts ! Accablés de fatigue, au bord du burn-out d’autant plus qu’en même temps, peine perdue et espoirs déçus, on déclare l’ascenseur social en panne : les jeunes générations ne sont plus assurées de gravir l’échelle sociale.

« Pourquoi fixer le ciel ? » Jésus invite ses amis à poursuivre la route les yeux fixés sur l’horizon que leur ouvre la promesse d’une présence, celle d l’Esprit même du Ressuscité au cœur de notre histoire. Retour sur terre avec Jésus, là où se vivent les vraies rencontres essentielles capables de rendre l’homme heureux. Le Dieu de Jésus Christ n’est pas celui des sommets inatteignables, il est celui d’une présence nouvelle sur la terre des hommes.

François BOITEUX, Curé.

Quête impérée : samedi 1er et dimanche 2 juin, pour les moyens de communication sociale.

Paroisse du Pays de Pontarlier